Association générations Tinghir-France
projet en cours de GTF : cliquez pour plus de détailsConvoi vers Tinghir
Membres Annuaire Visitez les forums CHARTE GTF
   Recherche :  Rechercher  
Connexion
Pseudo

Mot de passe


Mot de passe perdu ?

Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !
Menu principal
AccueilArticles
Proposer article
Archives
Contacts Forums Album photo Annuaire Cuisine Annonces Sondages Nos Projets Groupe Isnayen
Bienvenue à :

A lire : L'Etoile du berger

A lire : L'Etoile du berger en flipbook



Nos derniers inscrits
ISMAELOVEC7/1/2012
KamalTitano23/12/2011
izamnirardayne27/11/2011
Faire un Don

Banque : BNP Clichy Jean Jaurès
agence : 00581
compte : 10047341
clé 20


Par téléphone : L'appel vous coutera 0.56 cents dont 0.35 cents de don à l'association si vous voulez un reçu merci d'envoyer votre code par mail ou contacter un membre de GTF
Pour Faire un don,
cliquez sur l'image
fr
Appelez, autant de fois que vous souhaiter, le numéro affiché et inscrivez le code obtenu et cliquez sur OK



Etendre/Réduire
 
Etendre/Réduire
affiche : Les Chibanis: de l'invisibilité à la lumière. 1° partie
Posté par admin3 le 12/11/2018 22:19:14
(29 lecture(s))

Les chibanis, de l’invisibilité à la lumière
1° Partie)
Ce terme qui veut dire en arabe vieux avec cheveux gris ou blancs, c’est à dire atteint un certain âge, a été, par la réalité de l’émigration maghrébine en France, intégré au parler français en premier avant d’être officiellement invité à prendre place dans l’ordre alphabétique des mots du célèbre dictionnaire de la langue française,le LAROUSSE qui en donne la définition suivante:

« »Immigré maghrébin de la première génération, arrivé en France au début des années 1960 pour y travailler, et qui a fait le choix, la retraite venue, de ne pas retourner dans son pays d’origine » »
Cette définition n’est pas tout à fait juste, puisque une bonne partie de ces chibanis ont fait le choix de vivre entre la France qui les a vus vieillir et les pays qui les les ont vus naître.

De l’invisibilité à la lumière.
De qui parle t-on, ces chibanis, qui sont-ils en réalité? Pourquoi ce terme est devenu banal dans la bouche des français? Pourquoi cette sympathie presque maternelle et paternelle des français, institutions, médias et petit peuple compris?
Rappelons ceci: un chibani est un immigré de la PREMIERE GENERATION arrivé sur le territoire français à la fin des années cinquante début années soixante. SEUL, sans femme ni enfants. On a fait appel à lui, et à lui seul, à sa force physique, son corps, ses muscles, par des mécanismes de recrutement divers, pour participer à la Reconstruction de la France.
Ce jeune homme, recruté généralement dans les compagnes marocaines, extrait de sa famille, arrive en France solo et majoritairement analphabète, parlant le Tamazight et quelques bribes de l’arabe dialectal, pour certains l’ayant appris en Algérie alors qu’ils travaillaient dans les,exploitations agricoles des colons.
Parqués là on a pu les parquer, squattant là où ils pouvaient, ces premiers émigrés était généralement INVISIBLES, aux yeux de la société française. Ils se lèvent aux aurores, commencent leurs journées par la prière de l’aube, ils avalent un petit déjeuner essentiellement du pain nu et un verre de thé chaud, auquel s’ajoute de l’huile d’olive pour y tremper des bouchées du pain.
Sacs en bandoulière contenant la gamelle, passant par le boulanger du coin pour l’achat d’un pain, ils prennent les transports pour rejoindre les chantiers. A la fin de la journée, ils rejoignent leurs chez eux, en passant aussi par le boulanger pour le pain du soir.
Ainsi étaient réglées les journées des émigrés: du domicile au chantier et du chantier au domicile, invisibles dans les rues et les commerces, point d’activités sociale ni culturelle. Le français ne les voit presque pas, ne le dérange en rien. Cette invisibilité ou l’absence du champ social et de l’espace public avait duré presque une vingtaine d’années.
En 1974, le président français, Giscard d’Estaing, décide de mettre fin à l’.émigration de la main d’oeuvre. Commence alors le regroupement familial. Le jeune émigré, devenu papa, met fin à sa solitude affective, sociale, familiale et entreprit de réunir sa famille dans son pays d’accueil.
A suivre….

 
 
Liens relatifs

· Lire plus dans le sujet affiche
· Article par admin3

Article le plus lu dans le sujet affiche
· Manifestation à Tinghir ce 26/12/10

Dernier article dans le sujet affiche
· Les Chibanis: de l'invisibilité à la lumière. 2° partie

Format imprimable  Envoyer cet article à un ami