Association générations Tinghir-France
projet en cours de GTF : cliquez pour plus de détailsConvoi vers Tinghir
Membres Annuaire Visitez les forums CHARTE GTF
   Recherche :  Rechercher  
Connexion
Pseudo

Mot de passe


Mot de passe perdu ?

Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !
Menu principal
AccueilArticles
Proposer article
Archives
Contacts Forums Album photo Annuaire Cuisine Annonces Sondages Nos Projets Groupe Isnayen
Bienvenue à :

A lire : L'Etoile du berger

A lire : L'Etoile du berger en flipbook



Nos derniers inscrits
ISMAELOVEC7/1/2012
KamalTitano23/12/2011
izamnirardayne27/11/2011
Faire un Don

Banque : BNP Clichy Jean Jaurès
agence : 00581
compte : 10047341
clé 20


Par téléphone : L'appel vous coutera 0.56 cents dont 0.35 cents de don à l'association si vous voulez un reçu merci d'envoyer votre code par mail ou contacter un membre de GTF
Pour Faire un don,
cliquez sur l'image
fr
Appelez, autant de fois que vous souhaiter, le numéro affiché et inscrivez le code obtenu et cliquez sur OK



Etendre/Réduire
 
Etendre/Réduire
affiche : Discours Royal à l'occasion de le fête du trône: Les MRE
Posté par admin2 le 6/8/2015 8:55:13
(1092 lecture(s))

Lors de son discours, Sa Majesté le Roi a tenu à mettre sur un pied d’égalité les soucis que vivent les marocains de l’intérieur avec ceux vivant à l’étranger. Il s’agit là d’un véritable témoignage sur le rôle important de nos concitoyens marocains à l’étranger : « Notre volonté de veiller sur les intérêts de nos enfants résidant à l’étranger, de consolider leurs attaches identitaires et de les mettre en capacité d’apporter leur concours au développement de leur patrie ».
Le témoignage du Souverain est d’autant plus fort qu’il raconte ses propres expériences avec les membres de la communauté : « au cours de mes visites à l’étranger et de mes rencontres au Royaume avec des membres de notre communauté à l’étranger, J’ai eu l’occasion de prendre la mesure de leurs préoccupations réelles et de leurs aspirations légitimes. Nous pensions qu’ils affrontaient des difficultés uniquement à l’intérieur du Maroc. Or nombre d’entre eux se plaignent également d’une série de problèmes dans leurs relations avec les missions consulaires marocaines à l’étranger ».
SM le Roi a affirmé que en « effet, certains consuls, et non tous – Dieu merci – au lieu de remplir leur mission comme il se doit, se préoccupent plutôt de leurs affaires personnelles ou de politique. Certains membres de la communauté m’ont fait part de leur mécontentement du mauvais traitement qui leur est réservé par certains consulats, ainsi que de la faiblesse des prestations qu’ils leur fournissent, tant pour ce qui concerne la qualité de ces services, que pour ce qui est du respect des délais ou de certaines entraves administratives ».
Un témoignage qui a abouti à un appel aux institutions responsables du bien-être de nos concitoyens à l’étranger : « Nous attirons donc l’attention du ministre des Affaires Etrangères sur la nécessité de s’employer avec toute la fermeté requise à mettre fin aux dysfonctionnements et autres problèmes que connaissent certains consulats ». Il a en outre ajouté qu’il fallait « d’une part, relever de ses fonctions quiconque a été reconnu coupable de négligence, de dédain pour les intérêts des membres de la communauté, ou de mauvais traitement à leur égard.
D’autre part, il faut veiller à choisir les consuls parmi ceux qui remplissent les conditions requises de compétence, de responsabilité et de dévouement au service de nos enfants à l’étranger ».

RESPECT
Le Souverain a ainsi affirmé que « les membres de notre communauté sont encore plus désappointés lorsqu’ils font des comparaisons entre, d’une part, le niveau des prestations fournies par les services administratifs et sociaux des pays de résidence, et l’accueil qui leur est réservé, et, d’autre part, le traitement dont ils sont l’objet à l’intérieur de ces missions consulaires nationales.
S’ils n’arrivent pas à régler leurs affaires, au moins devraient-ils être bien accueillis et traités avec courtoisie et respect.
Il a aussi Ainsi, par exemple, ils subissent des lenteurs dans l’enregistrement des noms à l’état civil ou la rectification des erreurs, avec tout ce que cela implique en perte de temps et en coûts financiers.
S’agissant du choix des noms également, il appartient à la Haute commission de l’état civil de s’atteler à trouver des solutions raisonnables aux cas qui lui sont soumis, en faisant preuve de souplesse et de compréhension. De même, il faut mette un terme aux pressions qu’ils subissent parfois pour se voir imposer certains noms.
Le même impératif s’impose pour régler les problèmes de lenteur et de complexité des procédures de renouvellement et de légalisation des documents officiels.
Il faudrait, de manière générale, améliorer le contact et la communication avec les membres de la communauté à l’étranger, rapprocher les prestations qui leur sont destinées, simplifier et moderniser les procédures, respecter leur dignité et préserver leurs droits.
S’agissant des problèmes que rencontrent certains immigrés à leur retour dans la patrie, Nous réaffirmons la nécessité de faire montre de la plus grande fermeté à l’égard de quiconque s’avise d’abuser de leurs intérêts ou d’exploiter leur situation. En dépit de toutes les difficultés qu’ils rencontrent, Nous notons avec satisfaction le nombre croissant de ceux, parmi eux, qui rentrent chaque année pour visiter leur pays et revoir les leurs ».
C’est pourquoi Nous ne cessons d’exprimer Notre fierté devant tant d’amour qu’ils portent à leur patrie, ainsi que Notre volonté de veiller à la protection de leurs intérêts ».
EFFICACITE
Afin de conforter la participation des Marocains de l’étranger à la vie nationale, Nous appelons à la mise en œuvre des dispositions de la Constitution relatives à l’intégration de leurs représentants dans les institutions consultatives et les instances de gouvernance et de démocratie participative.
De même, Nous réitérons Notre appel pour élaborer une stratégie intégrée, fondée sur la synergie et la coordination entre les institutions nationales ayant compétence en matière de migration, et pour rendre ces institutions plus efficientes au service des intérêts des Marocains de l’étranger. Ceci
implique notamment la nécessité de se prévaloir de l’expérience et du savoir-faire accumulés par le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, en vue de mettre en place un Conseil qui réponde aux aspirations de nos enfants à l’étranger ».

 
 
Liens relatifs