Association générations Tinghir-France
projet en cours de GTF : cliquez pour plus de détailsConvoi vers Tinghir
Membres Annuaire Visitez les forums CHARTE GTF
   Recherche :  Rechercher  
Connexion
Pseudo

Mot de passe


Mot de passe perdu ?

Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !
Menu principal
AccueilArticles
Proposer article
Archives
Contacts Forums Album photo Annuaire Cuisine Annonces Sondages Nos Projets Groupe Isnayen
Bienvenue à :

A lire : L'Etoile du berger

A lire : L'Etoile du berger en flipbook



Nos derniers inscrits
ISMAELOVEC7/1/2012
KamalTitano23/12/2011
izamnirardayne27/11/2011
Faire un Don

Banque : BNP Clichy Jean Jaurès
agence : 00581
compte : 10047341
clé 20


Par téléphone : L'appel vous coutera 0.56 cents dont 0.35 cents de don à l'association si vous voulez un reçu merci d'envoyer votre code par mail ou contacter un membre de GTF
Pour Faire un don,
cliquez sur l'image
fr
Appelez, autant de fois que vous souhaiter, le numéro affiché et inscrivez le code obtenu et cliquez sur OK



Etendre/Réduire
 
Etendre/Réduire
affiche : Zayd Ouhmad: héros de la Bataille du Jbel Baddou
Posté par Visiteur le 6/12/2010 20:36:59
(1008 lecture(s))

Résistance: Les Cinquante glorieux jours des batailles de Jbel Baddou

Errachidia,06/12/10- Les batailles de Jbel Baddou s'embrasèrent vers la mi-septembre 1933. Le général Huré fit appel à cinq généraux et à trois régions militaires. La résistance, menée par Zayd Ouhmad Ouskounti, s'endurcissait de plus en plus.

Par Mustapha Elouizi

Le versant sud du Haut Atlas connut alors ses dernières grandes batailles contre l'occupant français. En fait, les guerriers des Aït Mrghad, des Aït Hdiddou, des Aït Issa et d'Assif Melloul furent renforcés par les durs combattants des Aït Atta.

Ces derniers vivaient encore sur un triomphe moral et symbolique contre un occupant armé jusqu'aux dents. Des mois auparavant, ils avaient donné du fil à retordre à une armée coloniale forte de plus de 80 mille soldats.

La leçon du Boughafer assimilée, le général Huré entendait épargner à ces troupes le syndrome du Saghru qu'il avait durement vécu personnellement. En vain, Ouskounti, qui s'imprégnait de la bravoure d'Assou Oubaslam et d'Abdelkerim El Khattabi, avait tenu tête à une armée sophistiqué, à une aviation efficace et à des effectifs l'encerclant de tous bords.

Face aux dizaines de milliers de soldats de différents ordres (soldats réguliers, légionnaires, spahis), les guerriers locaux n'avaient que trois cents fusils artisanaux. Ils faisaient montre, cependant, d'une grande conviction en leur cause, d'un devoir patriotique infaillible et d'une forte détermination.

La stratégie des attaques-éclaires avait donné ses fruits. Au début, le général Huré chargea le colonel Arnaud d'assiéger les moudjahidines par derrière, une initiative qui s'est avérée dans quelques jours déjà non rentable, tellement la contre-attaque avait été tenace.

L'on passa ainsi à la confiscation des points d'eau, privant les populations de cette matière vitale. La direction de la résistance en la personne d'Ouskounti, d'Ali Atermoun et de Sidi Ahmed N'Aït Sidi Larbi ne fléchit pas pour autant.

En fait, toute une population avait été mobilisée dans ces batailles. Les femmes n'étaient jamais loin des champs de bataille. Elles soignaient les blessés, incitaient les combattants par des "warru" (chants berbères) et entachaient les déserteurs par du henné, une manière d'en faire la risette de la communauté.

Il fallait faire appel ainsi à d'autres renforts. Contre ces guerriers jurés et convaincus de leur juste cause, le général Huré fera appel aux commandements de cinq généraux relevant de Tadla, Meknès, Marrakech, Tinghir et celui des zones frontalières.

Une mobilisation tout azimut prit place. Zayd Ouhmad Ouskounti était déjà célèbre dans les Salons politiques français. "Bien que la position d'Ouskounti devienne de plus en plus critique, celui-ci demeure toujours aussi intransigeant, pourtant le nombre de ses fidèles semble diminuer", témoigna le colonel L. Voinot dans ses "Traces glorieuses", ajoutant que pour la seule journée du 25 août l'armée avait accusé "13 tués et 31 blessés, dont un officier".

Cinquante jours durant, Ouskounti et les siens ne flanchent pas face aux bolides des chars lourds blindés, aux raids aériens et aux coups des tirailleurs. Mais, face au manque de ravitaillements et d'eau surtout, ces braves guerriers font sortir la sagesse des Amghars amazighs.

L'histoire retiendra donc qu'ils furent aussi et surtout des guerriers d'une lucidité rare. En manque d'effectif, ils prennent de concert la décision d'enclencher d'abord des pourparlers avec le général Giraud. Il fallait éviter le pire, les troupes françaises venaient de tous les côtés et leur nombre était impressionnant.

Le 29 août 1933, les Moudjahidines annoncent la fin des combats. Et comme au Saghru, les politiques français n'osèrent point parler d'un triomphe militaire, mais simplement d'une nouvelle pacification. Ce n'était pourtant pas totalement fini.

La cause étant nationale, les guerriers survivants aux batailles de Jbel Baddou dans l'Ouskersou, allaient bientôt rejoindre les rangs de la résistance dans l'anti Atlas. L'objectif consistait à libérer tout un pays du joug de l'occupation.

Dernière modification 06/12/2010 11:02.
©MAP-Tous droits réservés

 
 
Liens relatifs

· Lire plus dans le sujet affiche


Article le plus lu dans le sujet affiche
· Manifestation à Tinghir ce 26/12/10

Dernier article dans le sujet affiche
· Un homme décède après une chute d'un palmier

Format imprimable  Envoyer cet article à un ami