Association générations Tinghir-France
projet en cours de GTF : cliquez pour plus de détailsConvoi vers Tinghir
Membres Annuaire Visitez les forums CHARTE GTF
   Recherche :  Rechercher  
Connexion
Pseudo

Mot de passe


Mot de passe perdu ?

Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !
Menu principal
AccueilArticles
Proposer article
Archives
Contacts Forums Album photo Annuaire Cuisine Annonces Sondages Nos Projets Groupe Isnayen
Bienvenue à :

A lire : L'Etoile du berger

A lire : L'Etoile du berger en flipbook



Nos derniers inscrits
ISMAELOVEC7/1/2012
KamalTitano23/12/2011
izamnirardayne27/11/2011
Faire un Don

Banque : BNP Clichy Jean Jaurès
agence : 00581
compte : 10047341
clé 20


Par téléphone : L'appel vous coutera 0.56 cents dont 0.35 cents de don à l'association si vous voulez un reçu merci d'envoyer votre code par mail ou contacter un membre de GTF
Pour Faire un don,
cliquez sur l'image
fr
Appelez, autant de fois que vous souhaiter, le numéro affiché et inscrivez le code obtenu et cliquez sur OK



Etendre/Réduire
 
Etendre/Réduire
affiche : Mariage chez les kabyles
Posté par Visiteur le 21/8/2009 9:23:15
(860 lecture(s))

La main de la jeune fille

Autrefois, quand un jeune homme désirait épouser une jeune fille, la mère de ce dernier rendait visite à un marabout, afin que celui-ci lui prépare une amulette.

Le jeune homme emportait alors avec lui l’amulette en question et se présentait avec devant la famille de la jeune fille pour demander sa main. Il était bien difficile pour le père de lui refuser dans une telle situation la main de sa fille.

Une autre tradition a disparu de nos jours. Elle consistait à sacrifier un mouton ou un bouc sur le seuil de la porte de la jeune fille. Le jeune homme qui souhaitait épouser une jeune fille devait réussir cette tâche sans être surpris par un membre de la famille de la jeune fille c’ets à dire ni le père, ni la mère, ni même les frères et soeurs. Si le jeune homme s’enquérissait de l’exploit, les parents de la jeunes fille se devaient alors d’accepter de donner leur fille en mariage.

Il est encore de coutume, de nos jours et depuis des temsp reculés de célébrer le mariage à la fin de l’été, avant le commencement de la période des labours "iwejjiben".

La saison de "iwejjiben" est ce qu’on appelle "une porte de l’année" dans le calendrier amazigh. Les cérémonies de mariages ont encore lieu de nos jours à la fin de l’été et jusqu’à la fin de la saison des figues.

Cette tradition transmise par nos ancêtres se rapporte à la terre et le respect que l’Homme doit lui gratifier.

Jadis, nos ancêtres croyaient, que la majeur partie de l’année devait être consacrée à la terre et à sa fécondation.

Ainsi, durant ces périodes là, l’homme ne devait en aucun cas se marier ou devait se défendre de se reproduire ( par exemple, la période de Aheggan durant laquelle on dit que "les arbres se marient" ). Enfin, une fois que les parents de la fille avaient accepté de donner leur fille en mariage, la famille du mari se devait d’apporter des présents à leur brue à chaque fois qu’ils lui rendaient visite.

Les préparatifs du mariage

Lire tout l'article : http://www.kabyle.com/archives/spip.php?article4308

 
 
Liens relatifs

· Lire plus dans le sujet affiche


Article le plus lu dans le sujet affiche
· Manifestation à Tinghir ce 26/12/10

Dernier article dans le sujet affiche
· Un homme décède après une chute d'un palmier

Format imprimable  Envoyer cet article à un ami