Association générations Tinghir-France
projet en cours de GTF : cliquez pour plus de détailsConvoi vers Tinghir
Membres Annuaire Visitez les forums CHARTE GTF
   Recherche :  Rechercher  
Menu principal
AccueilArticles
Proposer article
Archives
Contacts Forums Album photo Annuaire Cuisine Annonces Sondages Nos Projets Groupe Isnayen PP-News
Connexion
Pseudo

Mot de passe


Mot de passe perdu ?

Pas encore membre ?
Inscrivez-vous !
En ligne
 3: invité(s)
 0: membre(s)

Vous êtes Visiteur.
Inscrivez-vous maintenant !

Photos Historiques de Tinghir
par A. Bourass
Bienvenue à

Nos derniers inscrits
achrafde198931/8/2006
out3tta30/8/2006
elhoussaine29/8/2006
Etendre/Réduire
 
Etendre/Réduire
affiche : AMOUR D’UNE FEMME…GTF
Posté par derrouich le 29/11/2005 19:29:46
(504 lecture(s))

PAR : DERROUICH HAMID.

A croire que vous êtes tous des artistes au milieu d’une Favela. A dire que les amis d’hier ne respectent ni la dignité de leurs amitiés, ni le charme des bons moments volés au destin. Un destin bicéphale en quelque sorte . Celui, d’une part, d’une France, incessamment sublimée, mais qui davantage panique sous un regard sécuritaire qui ronge l’idéal républicain. Celui, d’autre part, d’une culture d’origine, ou disons-le sans atermoiement et sans état d’âme aucun, d’un usage de l'identité qui continu à semer désunion, déchirure et repli sur soi.

Je ne veux pas de cette conception étroite et empestée de l’identité. cette identité qui, après avoir traversé des siècles, se contente aujourd’hui du peu alors que le monde lui offre beaucoup sans contrepartie si ce n’est peut-être le fait d’accepter la différence sans plonger dans l'indifférence.
J’ai pu déjà écrire et dire dans différentes occasions, privées dans cas, publiques dans bien d’autres, que la "rhétorique de l’expertise" prenne des proportions démesurées allant même jusqu’à atteindre le stade d’un dénigrement destructeur. Dans les segments de notre vie active nous faisons des prévisions, des études tous azimuts. Beaucoup d’entre nous, par pure démagogie ou excès de zèle, jouent le jeu de la scientificité/Expertise. Nous laissons souvent parler les experts à notre place, nous nous inclinons devant un discours dont nous connaissons les limites palpables.
Nous trouvons ces experts partout, dans toutes les cultures, du bas de l’échelle jusqu’aux hautes strates de la société. "Chez nous", ils sont globalement représentés par ceux qu’on qualifierait de « grands ». « Grands » par leurs statuts, leurs responsabilités, et « grands » surtout par leur âge. La parole des « grands » est vénérée car on estime, à tort ou à raison, qu’ils ont accumulé l’expérience, qu’ils sont des EXPERTS. En agissant ainsi nous avortons chez nos enfants l’esprit critique, l’initiative et la créativité. Nous les soumettons à une sorte de bureaucratie comportementale : rien ne se décide sans l’aval de nos Experts. Dans de multiples situations nous mourrons, hélas, par la simple signature d’un EXPERT. Ce n'est qu'à ce moment-là que notre foi hurle et crie haro sur les experts. Pourtant, comme par aveuglement, c’est cette même foi qui pèche en récidivant.
Nous acceptons l’erreur et croyons en la perfectibilité de nos impulsions. Nous appelons cela : espoir. Espoir de ne plus voir se reproduire les mêmes échecs quels qu’ils soient, espoir que demain soit meilleur. Nous cherchons à être rassurés, plus rassurés, toujours rassurés et pourtant on sait au fond de nous-mêmes que nous n’étions jamais aussi rassurés que nous le sommes aujourd’hui eu égard de notre PROGRES. Mais avons-nous vraiment progressé ? Pas tant que cela puisse nous sembler. Avec toutes nos réalisations infinies, la PEUR s’accentue. L’abondance, bien que concentrée, est manifeste. Ironie du sort toutefois, nous avons peur. Peur des lendemains incertains, peur de l’autre, peur de vieillir, peur de la séparation, de la solitude, peur même de nos croyances, et surtout peur de ne pas ressembler à un idéal-type intériorisé et véhiculé et incessamment redéfini par notre conscience collective.
On se remémore le passé pour exhiber des gloires qui ne sont pas peut-être les nôtres, mais jamais pour apprendre ou méditer sur ce que nous étions et ce que nous sommes devenus ou encore sur nos échecs. L’autocritique est bannie. Notre temps est figé. Il est territorialisé en ce sens qu’il ne s’est nullement détaché de notre lieu de naissance. Même celles et ceux qui ont ouvert leurs yeux dans la chère République n’arrivent pas à se dissocier du temps véhiculé par un père, une mère nés là-bas. Où ? Au Bled, à Tinghir !
Mes mots n’auront certainement de sens si je ne me positionne pas, si je ne dis pas ma colère et ma consternation. Dans une des lettres de Clermont-Ferrand que j’ai intitulée « ce que grandir veut dire », j’ai assimilé GTF à une charmante fille (pas la belle au bois dormant), qui en grandissant, les traits de sa beauté excitent les avidités passionnelles et parfois même bestiales de ses guetteurs. Certains qui n’arrivent pas à conquérir son cœur la mirent avec leur artillerie diffamatoire pour en faire « une fille facile » (avec tous mes respects à l’égard de nos lectrices), d’autres, par malhonnêteté, veulent en faire leur petit jardin secret comme à la belle époque de la Pravda ; d’autres y voient une Barbie sans âme, et d’autres encore, parce que cloués dans leur immobilisme ostentatoire et leur arrogance insolente, abusent à son égard d’une critique gratuite. Toutes ces catégories s’auto-définissent, voir s'autoproclament, comme des expertes. Chacune estime avoir eu raison. Tout le monde a sa petite raison. Le bureau de GTF en a une, les séparatistes comme on les qualifie (un peu comme l'oncle méchant dans l'imaginaire Tinghirois ou comme le Polisario dans l'imaginaire des marocains) ont en une aussi, idem des simples membres ou même des visiteurs/passagers du site qui ne réclament qu’Ahidous (L'KSSARA) comme si GTF n’était qu’une danseuse orientale.
GTF aimez-là. Aimez-là comme vous aimez la liberté, comme vous aimez la fierté, comme vous aimez la vie. Hommes et femmes libres que vous êtes tous et toutes, rien ne justifie que GTF, la charmante fille, ait l'âme chevillée au corps, qu'elle devienne une fleur fanée, épuisée par le deuil, rongée par la solitude, affaiblie par le vide, méprisée par les guerres intestines d’un autre âge, déchirée par la jalousie des uns et la mesquinerie des autres.
Nous avons cru en elle comme avaient cru ses compagnons en Alexandre le Grand, et voilà que nous nous disputions aujourd’hui le trône royal sans pouvoir accomplir le rêve. Le rêve de voir GTF grandir et aimer dans la liberté sans la tutelle d’un père ou le contrôle d’un frère, et sans d'ailleurs tout autre forme de surveillance patriarcale aussi discrète soit-elle.
L’espoir, l’espoir, l’espoir…l’espoir est grand de retrouver les amies et les amis de GTF avec leurs larges sourires, leur fierté de berbères et leur joie de vivre ensemble. Exprimez-vous dans le respect car une douleur muette est plus désastreuse qu’une maladie incurable et sachez que même les pires ennemis se respectent.

 
 
Liens relatifs

· Lire plus dans le sujet affiche
· Article par derrouich

Article le plus lu dans le sujet affiche
· AMOUR D’UNE FEMME…GTF

Dernier article dans le sujet affiche
· Mission locale de Dreux et son Arrondissement

Format imprimable  Envoyer cet article à un ami

tachlhite21 Re: AMOUR D’UNE FEMME…GTF




Inscrit le : 24/5/2006
Envois : 7
De :


je voulais juste dire ke si g t hor sujet par rappor a ce ke vs avez écrit Monsieur Derrouich, alor ne faites pas attention a ce commentaire :-D
»27/5/2006 14:30 Profil
tachlhite21 Re: AMOUR D’UNE FEMME…GTF




Inscrit le : 24/5/2006
Envois : 7
De :


je suis tout a faitr d'accor ac toi, prenez l'exemple des juifs ils sont solidaires malgrétt et ns les arabes allahister l'argent et le pouvoir nous font perdre tous ns moyens, alor arrêter soit vous vous mettez d'accor une bonne fois pour toute et vous vous réunissez soit vous réglez vos problèmes et chacun de son coté car une association kom son nom l'indike c etre associé alor ne vous déchirez entre vous pour des conneries surtout ke vous devez tous bien vous connaitre car si il y a un déchirement ds l'association obligatoirement y en a un ds la vie kotidienne.. soyez pas idiot ni assoifé de pouvoir et votre association fonctionnera tres bien car Dieu sait et voit tout
»26/5/2006 20:57 Profil
larosetinghir Re: AMOUR D’UNE FEMME…GTF




Inscrit le : 22/5/2005
Envois : 5
De :


bonsoir à tous,
j ai lus ton article avec beaucoup d attention
je connais pas vraiment la situation de cette association ni les problémes interne. Peut être ont ils une raison de partir et de se détacher de gtf ça je ne peux pas vous le dire
En tout cas je pense qu il faut résoudre cette incompréhension et ce déchirement car celle çi est entrain de déchirer une mm communauté rassembler vous et essayer de trouver les bon et les mouvais cotés au lieu de tout casser comme ça
je vous préconnise de faire une sorte de plan ou vous mettrez vos faiblesse et force et ensuite vous voyer ce qui va pas peut être qu ils ya des gens qui veulent se ramasser tt l argent et celà m etonnerai pas et c trés dommage et peut être qu il y a des gens qui veulent juste s épanouir prendre plaisir en fesant ahidouss et d autre qui veulent aller plus loin en faisant des débat

y a beaucoup d idée , de volonté dans cette asso et il faut pas tt détruire a cause de l argent ou d un mal entendu

PAIX ET ESPOIR DE VIVRE ENSEMBLE AFIN DE MONTRER QUE NOTRE COMMUNAUTE EST FORTE ET SOLIADAIRE

pour une fois que nous avons une association tinhiroise il faut donc montrer qu ils ont raison de nous aider
»6/12/2005 20:48 Profil